alun


alun

alun [ alœ̃ ] n. m.
XIIe; lat. alumen
1Sulfate double de potassium et d'aluminium hydraté, utilisé en teinture, mégisserie, médecine (astringent et caustique).
2Chim. Sulfate double.

alun nom masculin (latin alumen) Nom générique des sulfates doubles, de formule générale M2SO4, M′2 (SO4)3, 24H2O, où M représente un métal alcalin ou l'ammonium, et M′ un métal trivalent : aluminium, fer ou chrome.

alun
n. m. CHIM Nom générique des sels isomorphes, de formule générale M 2 SO 4. M ' 2 (SO 4) 3. 24H 2 O, dans laquelle M est un métal alcalin ou l'ammonium NH 4, et M' un métal trivalent (Fe, Al, Cr, Mn, Co, Rh). On utilise les aluns en tannerie, en photographie, en teinture et en médecine.

⇒ALUN, subst. masc.
CHIM. Sulfate double formé d'un sulfate de métal trivalent et d'un sulfate de métal monovalent, utilisé en médecine, en teinturerie, peausserie, etc. Alun ordinaire ou pierre d'alun, alun potassique ou de potassium :
1. ...quand je me serai éloigné, tu prendras le brasier, tu descendras jusque dans le jardin, et là tu jetteras les charbons enflammés par-dessus ton épaule en disant : que le mauvais sort qui m'accable soit lancé loin de moi, comme les charbons de ce réchaud! demain soir, tu te parfumeras avec du sel et de l'alun, et tu prieras.
M. DU CAMP, Mémoires d'un suicidé, 1853, p. 187.
2. On se souvient de la grande épidémie de croup qui désola, il y a trente-cinq ans, les quartiers riverains de la Seine à Paris, et dont la science profita pour expérimenter sur une large échelle l'efficacité des insufflations d'alun si utilement remplacées aujourd'hui par la teinture externe d'iode.
V. HUGO, Les Misérables, t. 2, 1862, p. 143.
3. Les roches calcinées, rouge sombre, se couvraient d'une efflorescence d'alun, comme d'une lèpre. Du soufre poussait, en une fleur jaune, au bord des fissures.
É. ZOLA, Germinal, 1885, p. 1395.
4. Le rasoir au fourreau, mon père s'aspergeait d'eau froide, pour « tonifier l'épiderme », puis il passait des crayons, des cristaux d'alun, des pâtes adoucissantes...
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Vue de la terre promise, 1934, p. 115.
Rem. 1. Sert aussi de terme générique à plusieurs autres sulfates doubles. Alun d'ammoniaque, alun de soude :
5. La calcination à haute température de l'alun ammoniacal donne de l'alumine anhydre de bonne qualité...
M. LARCHEVÊQUE, Fabrication industrielle de la porcelaine pure, 1848, p. 22.
Rem. 2. Syntagmes fréq. alun brûlé, calciné; alun de plume, de roche, de Rome; champignon, eau, pierre, poudre d'alun.
Prononc. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[]. 2. Forme graph. — ,,[Le mot] s'écrivait anciennement alum`` (BESCH. 1845).
Étymol. ET HIST. — 1148 chim. « sel d'alumine » (La Prise d'Orange, 452 ds T.-L. : Fardoillié furent d'alun et d'arrement).
Du lat. alumen « id. » (VARRON, Ling., 5, 25 ds TLL s.v., 1792, 48 : putibus odoribus saepe ex sulpure et alumine).
STAT. — Fréq. abs. litt. :13.
BBG. — ALEX. 1768. — Arts mét. 1766. — BARB. Misc. 4 1928-32, pp. 12-15. — BARB. Misc. 8 1928-32, pp. 385-387. — BOISS.8. — BOUILLET 1859. — BRARD 1838. — CHABAT t. 1 1875. — CHESN. 1857. — Comm. t. 1 1837. — DAIRE 1759. — DELORME 1962. — DUVAL 1959. — FÉR. 1768. — FROMH.-KING 1968. — GAY t. 1 1967 [1887]. — GRAND. 1962. — Lar. comm. 1930. — Lar. méd. 1970. — Lar. mén. 1926. — LAVEDAN 1964. — LITTRÉ-ROBIN 1965. — MONT. 1967. — NYSTEN 1814-20. — PLAIS.-CAILL. 1958. — POPE 1961 [1952] § 1142. — PRÉV. 1755. — REMIG. 1963.

alun [alœ̃] n. m.
ÉTYM. 1148; du lat. alumen, -inis. → Alumineux (1.).
1 Sulfate double de potassium et d'aluminium hydraté, utilisé en teinture, mégisserie, médecine (astringent et caustique). || L'alun est tiré en partie de l'alunite.
tableau Noms de remèdes.
2 Sulfate double. || Alun commun, alun de potassium : l'alun (au sens 1.)Alun de fer, de chrome.
DÉR. et COMP. Alunation, alundum, aluner, alunerie, aluneux, alunière, alunite. Alunifère, alunogène. — (Du lat. alumen) V. Alumine, alumineux, aluminière.

Encyclopédie Universelle. 2012.